Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/07/2012

Hollande ne renégociera pas le pacte budgétaire.

Risque de passage en force !

Le Front de gauche se mobilise pour un référendum sur le pacte budgétaire européen.

Le Front de gauche a vivement réagi à l'information, révélée par le journal Le Monde, selon laquelle François Hollande et Jean-Marc Ayrault envisageraient de faire voter les députés et les sénateurs dès le mois de juillet sur le traité Sarkozy-Merkel.

" Ce passage en force, s'il avait lieu, serait inacceptable et contraire à l'un des engagements majeurs du candidat Hollande qui avait promis sa renégociation. Il est encore temps pour l'exécutif de se ressaisir et de ne pas se laisser imposer la règle d'or budgétaire, faite pour nous asservir aux marchés financiers", a réagi Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

François Delapierre a également dénoncé " cette pratique devenue banale, inaugurée par Nicolas Sarkozy avec le traité de Lisbonne en 2007",

"Si cela se confirmait, avec un vote précipité sans approbation populaire, cette décision donnerait une tonalité très négative à la mandature et renouerait avec le mois des "mauvais coups", déplore le délégué général du parti de gauche.

Déjà, seules les voix du Front de gauche s'étaient élevées sur les bancs de l'Assemblée nationale pour dénoncer " la transformation imminente des membres de l'hémicycle en "euro-potiches", selon l'expression du député Alain Bocquet!

André Chassaigne, président du groupe Front de gauche, a vivement interpellé le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius en exigeant la tenue d'un référendum. Il a fait savoir que "les dix députés du Front de gauche ne voteront pas le traité européen ".

02/07/2012

Union Européenne : Sous prétexte de l'adoption du pacte de croissance par le sommet des 27 à Bruxelles, le président de la République veut faire ratifier par le Parlement le traité budgétaire.

Cette décision a suscité de nombreuses réactions :

Ainsi, Pierre Laurent ( PCF) considère qu'il faut " renégocier comme promis, contrairement à ce qui s'est passé à Bruxelles, le pacte budgétaire européen, remettre la main sur les leviers du secteur bancaire avec la création d'un pôle public bancaire et financier pour mobiliser l'argent nécessaire, et engager une réforme fiscale très profonde ".

De son côté, Jean-Luc Mélenchon ( PG ) a estimé que la France " a fait de la figuration " et que " le nouveau pouvoir " de François Hollande avait ainsi " avalisé la politique européenne " de Nicolas Sarkozy. " Plus que jamais c'est au peuple de se prononcer et non pas à une assemblée où droite et socialistes vont voter sans discussion possible leur programme commun européen ", conclut-il.

Pour sa part, la Confédération européenne des syndicats ( CES ) estime que les mesures vont permettre " de gagner un peu de temps " mais restent nettement insuffisantes pour relancer l'économie et faire baisser le chômage. Elle explique que " le pacte pour la croissance ne prévoit rien de vraiment nouveau "! Pour l'essentiel, " il s'agit d'une utilisation améliorée des fonds européens et d'une mise en oeuvre de programmes déjà existants "!

Décidément, rien de nouveau !

Nous ne lâcherons rien!

Le combat continue!

 sete,union européenne,pacte de croissance,pacte budgétaire