Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/06/2012

Une salle bien remplie pour le Rassemblement Public à Sète

Voir Midi Libre du 5 Juin 2012

cliquez pour une lecture

 sebastien andral,valérie sers,front de gauche,jean luc melenchon,francois liberti

 

 

14/05/2012

Mélenchon : “Le FN est illégitime à diriger la République”

Revue de presse "les inrocks"

 A un mois de son affrontement avec Marine Le Pen à Hénin-Beaumont, rencontre avec un Jean-Luc Mélenchon combatif qui s’interroge autant sur la place de la gauche que sur les dérives de la droite.

Après la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a décidé de poursuivre son combat contre le Front national en se présentant sur les terres de Marine Le Pen, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Triangle rouge de Ras l’Front à sa veste, le tribun du Front de gauche nous explique pourquoi il a érigé la présidente du FN en adversaire numéro un.

Pourquoi avoir choisi de vous porter candidat face à Marine Le Pen ?

Jean-Luc Mélenchon

J’ai décidé d’être candidat aux législatives pour prolonger le message que nous avons porté lors de la présidentielle. Nous voulons livrer un combat social face au Front national dans une circonscription populaire. Hénin-Beaumont est la circonscription exemplaire pour cela. Alors que l’extrême droite prospère sur la décomposition des socialistes, nous allons tenter de relever la gauche. Avec la médiatisation de la campagne, cette bataille aura un retentissement national.

Mesurez-vous le risque politique de défier le FN sur une terre où il est fermement implanté ?

Je prends le risque d’être battu, et alors ? Les circonscriptions de gauche ne sont pas venues d’un claquement de doigts, elles ont toujours été gagnées au prix de luttes. En tant que figure de proue du Front de gauche, j’estime que j’ai un devoir d’exemplarité. A trois reprises, les socialistes ont tenté de parachuter quelqu’un dans cette circonscription, personne n’a voulu venir. J’assume mes responsabilités en m’y présentant comme candidat.

Pourquoi avoir fait de la lutte contre le Front national l’une de vos priorités politiques ?

Les gens pensent que le Front national est un cas particulier, comme s’il ne relevait pas de la politique mais de la morale. Pourtant c’est bel et bien de la politique. L’extrême droite n’est plus à la marge du système en ce moment de l’histoire. Un peu partout en Europe, on voit que la droite ne parvient plus à gérer la société avec ses méthodes traditionnelles et s’en remet progressivement à l’extrême droite. En ciblant le Front national, je m’attaque donc à la réorientation idéologique de la droite et aux risques qu’elle fait peser sur la société.

Avez-vous le sentiment que le FN n’est pas assez pris au sérieux ?

Les élites ont du mal à comprendre quand le monde change et elles reproduisent à l’identique ce qu’elles ont toujours fait. Quand vous ouvrez un livre d’histoire et que vous vous arrêtez à 1789, vous vous rendez compte que Louis XVI a cinquante moyens d’échapper à la guillotine. Il ne s’en sort pas car il ne parvient pas à rompre avec l’ancien monde. Les élites sont incapables de penser la nouveauté et de voir au-delà du capitalisme sauvage et productiviste qui est en train de s’écrouler. Tous les programmes politiques sont mis au pied du mur face à la crise que nous traversons.

Tout au long de votre parcours politique, vous vous êtes toujours placé en adversaire résolu de l’extrême droite. Votre enfance passée au Maroc vous a-t-elle rendu plus sensible à la question de l’immigration ?

Évidemment, ça joue pour moi un grand rôle. Je crois que Le Pen père et fille ne comprennent pas ce qu’est la France. Ils sont convaincus que l’identité française est figée alors qu’elle est perpétuellement en mouvement. Aujourd’hui, on demande des brevets d’intégration à des gens qui sont là depuis trois générations. On sous-estime la douleur que cela peut représenter d’être pointé du doigt de cette façon. On finit par douter de soi-même. Grâce à mon parcours, je comprends cette violence, je la ressens et quand ces gens m’entendent parler, ils ressentent une connivence affective.

Si le FN parvenait au pouvoir, vous plieriez-vous au verdict des urnes ?

Jamais. J’entrerais en résistance. Ces gens-là sont illégitimes à diriger la République. Et la France pour moi, c’est la République. La France sans la République, on a déjà donné : c’est le maréchal Pétain.

Vous refusez à Marine Le Pen et son parti toute possibilité d’évolution idéologique ?

C’est comme si vous me demandiez si j’ai une chance d’approuver la société de l’actionnariat, c’est impossible. Ma racine politique ne me le permet pas. Contrairement aux brevets de laïcité que lui ont décernés les médias, Marine Le Pen n’est pas laïque, elle est hostile aux musulmans, ce n’est pas pareil. Ce parti n’évoluera jamais, il sera toujours génétiquement antirépublicain.

Quelle est la responsabilité de la gauche dans la progression électorale du FN ?

Elle est colossale. Les victoires de l’extrême droite n’ont jamais eu lieu autrement que sur la base des fautes tactiques et stratégiques de la gauche. Le Parti socialiste n’a pas réussi à retrouver le chemin qui le mènerait au cœur du peuple. Le décrochage n’est pas qu’affectif, cette gauche-là est aujourd’hui incapable de prouver au peuple que ses intérêts sont à gauche. Il y a une déconnexion entre son programme et les classes populaires. Nous sommes la relève.

Quel regard portez-vous sur les méthodes employées par la gauche pour lutter contre le FN, que ce soit de manière morale avec SOS Racisme ou bien de manière plus spectaculaire, comme a pu le faire Bernard Tapie ?

Je crois que la solution n’est ni dans les leçons de morale, ni dans les injures. Les deux méthodes ont fait la preuve de leur inefficacité. Ma méthode est celle du débat argumenté. Prouver concrètement que nos solutions sont les bonnes et les leurs une illusion criminelle.

Quelle est la solution à adopter selon vous ?

La bataille morale est trop courte ! Il faut arrêter d’avoir un discours doloriste sur l’électorat du FN. On l’infantilise comme si les gens ne savaient pas qu’en glissant un bulletin de vote Front national, ils votent pour un parti raciste. A la place, je leur propose une identité patriotique, républicaine, écologiste et socialiste. L’enjeu est culturel.

Il y a aujourd’hui un sentiment assez largement répandu d’insécurité culturelle au sein de la classe ouvrière, notamment du Pas-de-Calais. Comment déconstruire cette panique morale ?

L’être humain est toujours partagé entre son attirance pour la ligne d’horizon et la peur de ce qu’il va y trouver. On ne peut pas reprocher aux gens de chercher un nouveau mode d’organisation quand celui qu’ils avaient s’est effondré. Lorsque la gauche n’arrive plus à faire comprendre que la solution passe par le social, le FN débarque et répond par l’ethnique. Les gens n’ont pas peur de l’autre ou de la globalisation, ils craignent simplement les ravages du capitalisme.

Malgré vos efforts, le Front national reste le parti qui capitalise le plus fort vote ouvrier. N’est-ce pas un échec pour vous ?

Je ne peux pas régler en une campagne des problèmes qui traînent depuis trente ans. Je pense que nous allons pouvoir reconquérir l’électorat ouvrier, mais ça se fera par étapes.

Vous faites appel à la “communauté ouvrière”, mais dans une ville comme Hénin-Beaumont, marquée par la fermeture des mines, est-ce que cela a encore un sens ?

La conscience ouvrière a été construite au prix du sang, des larmes et des fusillades. J’affirme que les solidarités communautaires ne sont pas détruites. Les gens ne se replient pas sur eux, ils se construisent autrement. Nous allons leur proposer de se construire dans la révolte. Wilhelm Reich tout comme Léon Trotsky partageaient le même avis sur la composition de la société. Le fascisme peut faire d’une poussière humaine une force. J’oppose cette méthode à Marine Le Pen. De la poussière de l’autre gauche, nous avons fait une force qui s’est donnée à voir tout au long de la campagne présidentielle, que ce soit à la Bastille, au Prado ou bien encore au Capitole. Je vais poursuivre le combat. Il ne faut pas que Marine Le Pen s’attende à ce que je rase les murs. On sera partout. Rue par rue, porte par porte, cœur par cœur.

sete,front national,le pen,hénin beaumont

11/05/2012

Un nouveau discours politique a émergé

La revue de presse

LE MONDE | 09.05.2012 à 13h51 • Mis à jour le 09.05.2012 à 13h51

Par Henri Pena Ruiz, philosophe, écrivain , professeur, membre du Parti de gauche

De lassitude en désespérance, la politique se languissait. On n'y croyait plus. Sous les feux de la rampe, les médias faisaient de leur mieux pour amuser la galerie. Hélas ! à leur insu, ils reproduisaient souvent les poncifs de l'idéologie dominante. La droite avait gagné la bataille des idées : elle avait imposé son langage, ses problématiques, son idéologie.

Un langage partisan, souvent inconscient de l'être : charges sociales et non cotisations, assistanat et non droits sociaux , libéralisme et non capitalisme , Etat-providence et non Etat social de droit, etc. Des problématiques fallacieuses : les dettes publiques dues aux "avantages" des travailleurs et aux missions sociales de l'Etat, une Europe régie sans recours par les marchés, la souveraineté populaire taxée de souverainisme, voire de nationalisme, les services publics jugés archaïques, la laïcité conçue comme une vieillerie, etc.

Des idées reçues et répétées sans distance critique : le communisme confondu avec le goulag, mais le christianisme étranger à l'Inquisition, la charité substituée à la solidarité, les coûts écologiques et sociaux de l'ultralibéralisme externalisés, l'impôt tenu pour confiscatoire, et les déshérités jugés responsables de leur situation. Bref, dans la bouche de ses apologètes, toute interrogation sur l'inhumanité d'un système si content de lui paraissait incongrue et passéiste. La condescendance se mêlait à la morgue, et le cynisme à l'enrichissement vertigineux. Un million d'euros mensuels pour certains PDG du CAC 40, et le smic plafonné à 1 400 euros.

Les soins, la culture, le logement, voire l'eau et l'énergie, devenaient inaccessibles aux exclus, et l'industrie du luxe se faisait florissante. Comme l'avait dit la Dame de fer : "No alternative." M. Sarkozy agissait en disciple. Mais il fallait un dérivatif aux désespérés. D'où son mimétisme à l'égard de l'extrême droite. Exalter le "nous" contre le "eux", l'ami contre l'ennemi.

Combattre l'exploitation

Rapprocher immigration et menace sur l'identité dite nationale. Jeter l'opprobre sur les immigrés, les Roms, les banlieues. Dans tout cela, un grand absent : le peuple.

Un fait nouveau change la donne. Le Front de gauche fait appel de la victoire idéologique de la droite. Il promeut une nouvelle façon de faire de la politique. Sa campagne est l'occasion d'un immense partage du savoir, d'un pari sur la culture populaire. Chaque discours explique, défatalise, déverrouille l'horizon. Les mots de la domination sont contrés par ceux de l'émancipation. On combat à nouveau l'exploitation, "qui produit la richesse en créant la misère" (Hugo : Melancholia). L'espoir est là, il fait vibrer, aller vers l'autre, ouvrir les livres, explorer la Toile, agir de concert, (re)vivre les solidarités militantes. L'émancipation individuelle et collective reprend sens. Telle est l'autre victoire du Front de gauche, et elle est pleine de promesses.

Certes quelques mois de travail collectif enthousiaste, impliquant toutes les générations, redonnant le sourire et l'envie de politique à bien des déçus, ne peuvent suffire à déconstruire des décennies de fatalisme, d'hégémonie idéologique des nouveaux maîtres du monde. Il y faut du temps, mais le mouvement est lancé, bien plus profond, bien plus essentiel que de simples échéances électorales. Dans tout le pays, le Front de gauche suscite des recherches passionnées sur des sujets auparavant abandonnés aux prétendus experts.

Comme disait Condorcet, il s'agit de "rendre la raison populaire". Ce pari de la culture permet au peuple de reprendre toute sa place, de se découvrir plus puissant qu'il n'imaginait du fait de la dissuasion distillée sans cesse par les chiens de garde de l'idéologie dominante. "Trop compliqué pour vous, laissez-nous faire." Non, on ne vous laissera pas faire, on ne lâchera rien ! La Boétie nommait servitude volontaire la soumission consentie. La résistance commence par la réfutation raisonnée. Et elle se poursuit par les luttes sociales.

Bref, le goût de la politique est revenu. Avec à la clé l'émergence d'une gauche décomplexée, libérée de toute fatalisation, fière d'assumer un projet d'émancipation original. Promouvoir le cercle vertueux d'une nouvelle République laïque, d'une économie sociale, et d'une planification écologique. Onze pour cent des voix, c'est à la fois beaucoup et peu. Beaucoup par rapport à l'anéantissement qui précédait : scores infimes, division, lassitude et tristesse.

C'est peu par rapport aux objectifs d'une reconquête ambitieuse. Déjà un programme jugé utopique, couvert de sarcasmes, s'est découvert des émules. Voyez comment les idées du Front de gauche font école... De nouvelles tranches d'impôt ? François Hollande, sur le tard, reprend à son compte l'idée défendue par Jean-Luc Mélenchon. L'écart maximal des revenus de 1 à 20 ? Idem. Une sanction contre les exilés fiscaux ? Idem. Bref, la bataille des idées a enfin commencé, avec des premiers succès. Et elle ne s'arrêtera pas. Même après l'indispensable défaite de M. Sarkozy.

Henri Pena Ruiz, philosophe, écrivain , professeur, membre du Parti de gauche

 

henri pena ruiz,philosophe,écrivain,professeur,membre du parti de gauche

15/04/2012

Nous voulons sortir de cette Europe marchande imposée par les gouvernements de droite et ceux de la social démocratie inféodée au traité de Lisbonne

Hérault du Jour du Vendredi 13 Avril 2012

cliquez sur l'article

 

changer l'europe,sebastien andral,valérie sers,jean luc melenchon

 

 

09/04/2012

Fil de Campagne : à Puissalicon pour une rencontre débat

 

Rencontre débat dans la salle des fêtes de Puissalicon

Hérault du Jour du 8 Avril 2012

cliquez sur l'article pour le lire

puissalicon,7ème circonscription herault,sebastien andral,jean luc melenchon,gilles d'ettore,

puissalicon,7ème circonscription herault,sebastien andral,jean luc melenchon,gilles d'ettore,  puissalicon,7ème circonscription herault,sebastien andral,jean luc melenchon,gilles d'ettore,

puissalicon,7ème circonscription herault,sebastien andral,jean luc melenchon,gilles d'ettore,