Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/04/2012

Après l’élection, non à l’effacement du nouveau paysage politique

François Delapierre, directeur de la campagne du Front de gauche, a tenu ce matin au siège de campagne une réunion avec la presse. Voici le compte-rendu de cette rencontre. Par François Delapierre.

Non à l’effacement du résultat
Depuis dimanche, c’est « l’ardoise magique » : le score du Front de Gauche est régulièrement passé sous silence ou évoqué comme un « échec ». Pour étayer cette opinion, les principaux médias comparent le résultat de l’élection à des sondages. C’est le monde à l’envers : les sondeurs cherchent à faire passer leur erreur pour notre échec. Tout est bon pour défendre le système médiatico-sondagier ! Pour notre part, nous ne comparons les résultats qu’aux résultats d’autres élections. Nous refusons de comparer notre score à des sondages que l’on a toujours critiqué et qui se sont trompés sur toute la ligne.

Quant aux objectifs non-atteints, la myopie des commentateurs n’a d’égal que leur mauvaise foi. Le Front de Gauche a atteint son premier objectif : réaliser un score à deux chiffres (11,11%).

Par contre, aucun commentateur n’évoque l’échec de Marine Le Pen. Elle n’atteint pourtant aucun de ces objectifs. Il y a un an, elle était donnée en tête au 1er tour avec 24% par un sondage. Et il y a encore quelques jours, elle affirmait elle-même qu’elle serait au second tour et obtiendrait plus de 20% des suffrages. Il n’en est rien. Elle n’a atteint aucun de ces deux objectifs.

L’effacement de cette réalité n’a qu’un but : mettre Le Pen au centre du jeu après l’élection comme avant et faire disparaître du débat la question du partage des richesses.

La réalité du résultat : une force politique nouvelle est née
Pourtant la réalité est bien différente. Le Front de gauche effectue une percée. Par rapport aux élections européennes, il gagne 3 millions de voix et réalise près du double de son score. C’est la première fois depuis 1981 qu’un deuxième candidat de gauche dépasse les 10% au premier tour de la présidentielle.

Une force politique nouvelle est née. C’est ce que montre l’analyse des résultats. La dynamique du Front de Gauche est nationale et son score particulièrement homogène sur tout le territoire (aucun département en dessous de 7%, 70 départements au-dessus de 10%).

De plus, le Front de Gauche conquiert un nouvel électorat qui va bien au-delà de celui des forces qui le compose. C’est le cas dans la jeunesse, dans les centres urbains. Il approche ou dépasse les 15% à Toulouse, Grenoble, Lille, Montpellier, Marseille.

Ce nouvel électorat s’ajoute à la forte mobilisation des quartiers populaires et de zones rurales autour du Front de Gauche comme on le voit en Seine-Saint-Denis et en Ariège.

Un résultat qui change le paysage politique
Alors que tout le monde attendait une forte abstention, la poussée du Front de Gauche va de pair avec la hausse de la participation.

La poussée du Front de gauche permet la hausse du score total de la gauche à un niveau historique depuis 1988.
Malgré le soutien du PRG, du MRC et le rassemblement du PS, François Hollande n’obtient que 2 points de plus que Ségolène Royal. Il ne progresse que de 700 000 voix alors que le total gauche progresse de 2,4 millions de voix. Les deux-tiers de la progression de la gauche sont dus au Front de gauche.

Enfin, le Front de Gauche bloque la progression de Le Pen. En 2002, Jean-Marie Le Pen se disait « ni de droite ni de gauche » cherchant à élargir son audience auprès des déçus de la gauche. Aujourd’hui, les bras-droits de Marine Le Pen entonnent en cœur le refrain de la « recomposition à droite ».

Ils savent que dimanche 22 avril, les électeurs de gauche se sont dotés de leur propre recours. Il s’appelle le Front de Gauche.

Pour compléter et illustrer ce propos, vous trouverez ci-dessous 3 documents.

Évolutions du score du Front de gauche par département

 (en pourcentage)

 

Évolutions du score du Front de gauche par département (en voies)

 
 

Dossier analyse des résultats du premier tour

 

 
 

23/04/2012

Assemblée citoyenne à Sète : Mercredi 25 Avril !

Prochaine assemblée citoyenne 

Mercredi 25 avril

18h15

Local de campagne de Sète

 On continue, nous ne lâchons rien !

Déclaration de Jean Luc Mélenchon le 22 Avril 2012

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon, dimanche 22 avril, place Stalingrad à Paris

Nous tenons les clefs du futur

Que vous êtes nombreux ! Mes amis, pour autant qu'elles soient fiables, les premières estimations qui nous sont données nous permettent de tirer quelques enseignements.

Le premier enseignement qui s'impose est que notre peuple semble bien déterminé à tourner la page des « années Sarkozy ». Le total des voix des droites, dans toutes leurs composantes, recule par rapport à 2007. Mais l'extrême-droite est à un haut niveau : nous avons donc eu raison de concentrer notre campagne sur l'analyse et la critique radicale des propositions de l'extrême-droite. Nous avons eu raison de le faire, et si nous ne l'avions pas fait, peut-être le résultat, ce soir, serait-il encore plus alarmant. Il l'est ! Alors c'est le moment pour moi de dire combien nous nous sommes sentis seuls, à certains moments, dans cette bataille : l'un imitait, l'autre ignorait. Nous avons porté sur notre dos l'essentiel du combat. Honte à ceux qui ont préféré nous tirer dessus plutôt que de nous aider ! Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous.

A cette heure, c'est le score du Front de Gauche qui tient la clé du résultat final dans ses mains.

C'est donc vous tous – et non pas moi, bien sûr – qui avez cette décision car, à la vérité, nous aurons été la force politique nouvelle, la seule qui ait percé et qui soit née dans cette élection. C'est nous, dès lors, qui avons les clés du résultat.

Je vous appelle en conscience à assumer pleinement cette responsabilité sans vous occuper des commentaires, des impressions, des petits jeux de pronostics auxquels j'invite à ce que personne ne s'abandonne. Et je le redis très clairement : à cette heure, en conscience, il n'y a rien à négocier ! Notre engagement n'a besoin d'aucune autorisation ni d'aucune cajolerie pour se déployer dans toute sa force.

Je vous appelle à vous mobiliser aux rendez-vous qui vous sont donnés. Le premier mai derrière nos syndicats, avec la classe ouvrière dans la lutte, notre camp, notre famille politique : le monde du travail et de ses revendications ! Je vous appelle à vous retrouver le six mai – sans rien demander en échange ! – le six mai, pour battre Sarkozy !

Je vous demande de ne pas traîner les pieds, je vous demande de vous mobiliser comme s'il s'agissait de me faire gagner moi-même l'élection présidentielle.

Ne demandez rien en échange, seulement l'acte de votre conscience ! Pourquoi ?

La bataille que nous menons n'est pas une bataille personnelle, ni même une bataille dans un seul pays : il s'agit de retourner la table, de renverser la tendance qui en Europe maintient tous les peuples sous le joug de l'axe Sarkozy-Merkel. Il faut le briser en France !

Voilà ce que nous allons faire ! Et parce que nous allons le faire, alors, il sera clair, net et sans bavure que c'est nous qui faisons les décisions dorénavant, à gauche, et dans le pays !

Élevons-nous à la hauteur du pouvoir qui nous a été donné par notre rassemblement. Continuons tranquillement de marcher notre chemin, car je vous le dis : inéluctablement, l'Histoire vient à notre rencontre et nous allons à la sienne. Inéluctablement, les solutions que nous avons défendues, et principalement celles du partage des richesses et du changement de régime, seront mises à l'ordre du jour par les chocs qui s'annoncent.

Quel que soit le président de la République qui sera élu, la finance, d'ores et déjà, est déterminée à agresser le peuple français. Et alors, quel que soit le responsable, il n'aura d'autre choix que de se soumettre ou de résister : et pour ce qui est de résister, il n'y a qu'une force, la nôtre !

[l'assistance scande : « Résistance, résistance ! »]

Ayez au cœur le sentiment du travail bien fait. N'oubliez jamais les images de la force de votre rassemblement. Ne vous laissez plus jamais éparpiller, disperser.

En une seule fois, nous sommes parvenus dans le peloton de tête : la prochaine sera celle de la conquête définitive du pouvoir, par les urnes et la démocratie.

Vive la République, vive la classe ouvrière, vive la France !

20/04/2012

le 22 Avril 2012, votons Front de Gauche avec Jean Luc Mélenchon

Notre blog sera figé jusqu'au dimanche 22 Avril au soir.

Vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire.

les commentaires sur les billets sont également figés

front de gauche,jean luc melenchon

Acte de vandalisme au local de campagne du Front de Gauche à Sète

Merci pour vos messages de soutien. Vous êtes nombreux à nous demander la photo des dégats. Chose faite, voilà ci dessous l'article de Midi Libre de ce matin. (cliquez sur l'article)

vandalisme,front national,